adjonctif


adjonctif

⇒ADJONCTIF, IVE, subst. et adj.
1. GRAMM., vx et rare. [En parlant d'un élément du discours] Qui fonctionne comme une incidente (affective — expressive) dans la chaîne parlée : interjection, apostrophe et, par extension, expression ou proposition incises... (Hélas, il est trop tard! Monsieur, vous vous en repentirez! Hier, dit-il, nous avons vu votre ami) :
... ce qui est mis dans la phrase par forme d'addition, pour appuyer sur la chose, ou pour énoncer un mouvement de l'âme, se nomme Adjonctif. Ce membre n'est pas absolument nécessaire dans la phrase où il se trouve, elle peut subsister sans lui; et on peut le supprimer sans en altérer le sens : la suppression qu'on en feroit pourroit tout au plus diminuer la force et l'énergie du discours.
GIR. 1834, p. 1152.
Conjonction adjonctive. Par opposition à conjonction disjonctive, conjonction qui marque une addition d'idées, et, ni (cf. copulatives).
2. Sens gén., vx, inus. Qui ne peut être ajouté (cf. étymol. 2).
Prononc. — Seule transcription ds LAND. 1834 : ad-jonk-tife. Cf. joindre.
Étymol. ET HIST. — 1. 1747 (1740 1re éd.) adjonctif subst. masc., gramm. (G. GIRARD, Les Vrais principes de la lang. françoise, pp. 92-95 : Ce qui est mis par addition, pour apuyer sur la chose ou pour énoncer le mouvement d'ame, se place comme simple Acompagnement : c'est pourquoi je le nommerai Adjonctif. (...) Monsieur, quoique le mérite ait ordinairement un avantage solide sur la fortune; cependant, chose étrange! nous donnons toujours la préférence à celle-ci. (...) L'Adjonctif est dans le premier membre de la période monsieur, dans le second ces deux mots chose étrange. Car, peu essenciels à la proposition, ils ne sont là que par forme d'accompagnement : l'un pour apuyer par un tour d'apostrophe : l'autre pour joindre à l'expression de la pensée celle d'un mouvement de surprise et de blâme); 2. 1841 adjonctif adj. sens gén. (J. BOUCHER DE CREVECŒUR DE PERTHES, De la Création, essai sur l'origine et la progression des êtres, IV, p. 525 : La vie n'est pas plus divisible qu'elle n'est adjonctive).
Peut-être empr. au b. lat. adj., gramm., attesté dep. le IVe s., DIOMÈDE, DONAT, dans le syntagme adiunctivus modus « mode subj. » ds TLL s.v., 705, 1; puis entre 491 et 518 : dans coniunctio , loc. cit. s.v., 705, 10 : PRISC., gramm., III, 93, 13 : species coniunctionum sunt : copulativa, ... adiunctiva, causalis ...; 95, 15 : adiunctivae sunt, quae verbis subiunctivis adiunguntur, ut : si, cum, ut. Mais le sens suppose plutôt une création sur adjoindre, anal. de subjonctif.
BBG. — DEM. 1802. — LAV. Diffic. 1846.

adjonctif, ive [adʒɔ̃ktif, iv] adj.
ÉTYM. 1747, Girard; bas lat. adjunctivus (autre sens en gramm.), du supin de adjungere (→ Adjoindre) ou dér. de adjoindre.
Gramm. anc. Qui joue le rôle d'une incidente (interjection, apostrophe; incises).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mathématique — (ma tè ma ti k ) 1°   Adj. qui a rapport à la science des nombres, des figures et des mouvements. Vérité mathématique. Langage mathématique. •   Quoi qu il eût été fort répandu dans le monde, sa simplicité et son ingénuité naturelle n en avaient… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré